Le projet

Analyse du secteur par la ville 

La ville Espoo souhaite revitaliser le secteur industriel de Kera situé sur le plan directeur de la grande région métropolitaine d’Helsinki. Dès le départ le conseil municipal pose des balises de base afin d’y créer un quartier résidentiel dense, soucieux du climat environnant et profitant de la proximité directe avec la ligne de train reliant les quartiers centraux. C’est ainsi que les concepts d’économie circulaire et celui du 20-minute neighbourhood sont mis de l’avant.

Dans ce nouveau quartier à forte densité, le centre pourra être atteint à pied en 20 minutes, alors que les cyclistes prendront le même temps afin de se rendre dans les centres voisins notamment Espoo centre. Puis. pour la même période de temps, l’entière région métropolitaine d’Helsinki sera accessible en train sur le réseau existant. De plus, le secteur de Kera est inclus dans le plan de développement du nouveau réseau de train léger en développement par Espoo.

 

Présentation du concours

Proposition gagnante 

Suite aux analyses du secteur, la ville met de l’avant la qualité des infrastructures en place au niveau des transports, justifiant ainsi l’emplacement stratégique du site Kera et appuyant fortement une vision de déplacement actif au sein du nouveau quartier créé. De plus, cette dernière prône la connexion avec les lieux de loisirs extérieurs existants ainsi que la connexion entre les milieux naturels et leur préservation par tous les moyens possibles.

Le plan de développement pour Kera prévoit la venue de plus de 14 000 habitants en relation directe avec la création des 10 000 emplois visés dans la mixité d’usages recherchés par les nouvelles infrastructures. Alors que présentement, dans ce secteur d’environ 230 hectares, seulement 1000 résidents occupent les lieux pour les 9300 emplois au sein des grandes entreprises s’y trouvant.

Suite à l’établissement d’une vision globale du quartier par la ville, cette dernière en partenariat avec S Group, l’actuel propriétaire d’un des terrains les plus importants au sud de la voie ferrée, décide de lancer un concours en février 2015 pour faire suite à l’appel du Nordic Built Challenge. Ce dernier recherche 6 secteurs et mise en concours afin de tenir un processus collaboratif entre divers pays nordiques et parvenir à des solutions urbaines flexibles et adaptables à un climat qu’ils partagent. Ainsi, ils auront 6 finalistes à la suite du processus d’élimination par pays participant et pourront alors évaluer les différentes solutions proposées.

 

De là est née le concours Kera Challenge par S Group, lancé en octobre 2015. Ces derniers souhaitent laisser le site de leur entreprise suite à leur déménagement, orchestré par le souhait de revalorisation du secteur par la ville.  Le concours reprend ainsi les objectifs de la ville de mettre de l’avant une économie circulaire au sein d’un quartier qui met l’habitant au premier plan à une échelle humaine et sociale ainsi que l’accès à tous les services possible sous les 20 minutes de marche. Toutes les questions de mobilité douce au sein du développement, d’identité de ses résidents, de la mémoire du lieu ainsi que de la résilience par des aménagements mixtes et variés sont fortement mis de l’avant dans le concours.

Kera Challenge a finalement été remporté par le projet Kera Co-op City, alors que ces derniers ont également terminé en 2e position au Nordic Built Challenge. L’un des critères des concours était la création d’équipes collaboratives, ainsi le lauréat est composé de B&M architects comme concepteur, de S-Group le propriétaire du lot, de la ville d’Espoo ainsi que de plusieurs partenaires économiques au sein de la coopérative qui deviendront les propriétaires fonciers du projet.

 

Le projet s’appuie dans chaque phase sur l’idée de la collectivité et des espaces partagés afin de rentabiliser l’espace tant au niveau financier, écologique que social. L’économie circulaire est à la base de l’évolution du site en entier, que l’on trouve à la fois dans le développement urbain, dans la disposition des fonctions et dans l’ordre  de construction des bâtiments. Le projet propose d’aborder la construction et l’évaluation de nouvelles fonctions par la réutilisation des anciens bâtiments d’entrepôts. Ce phasage est au cœur du projet et permet par la suite, à mesure que certaines parties sont démolies de construire les nouvelles, de réutiliser les matériaux et contribuer à une vision renouvelable de l’aménagement du secteur. Dans cette optique, l’utilisation de réseau vert permettant de se connecter aux ressources naturelles environnantes et la conception des îlots de manière à créer des microclimats confortables et adaptés répondant à un aménagement responsable. En plus de répondre aux périmètres du site du projet, les concepteurs ont pris en considération les relations avec les quartiers voisins à venir ainsi que la conservation d’éléments identitaires à la mémoire du lieu, renforçant la pertinence et l’intégration de leur proposition.

L’échelle humaine dans la proposition ainsi que la qualité des espaces publics et l’emphase mise sur ces derniers ont fortement contribué à ce que le projet emporte le concours. Ces éléments sont donc la base de ce qui rend possible et agréable la cohabitation de plusieurs fonctions. Le côté très réaliste de la proposition et du processus pour y arriver a convaincu les jurys des deux concours, qui ont mis de l’avant la possibilité d’exportation du concept de l’équipe de projet dans plusieurs pays nordiques à travers le monde en lien avec les modes de développement de la ville et la résilience de cette dernière.

© B & M Architects

Image par les auteurs

Image par les auteurs

© Nordic Built Cities

© B & M Architects

 
 

Design Urbain Université Laval 

Marie-Jeanne Allaire-Côté | Julie Bradette | Véronique Rivest | Audrey Turcotte 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now